Epitaphe

« Vivant, j’aimais la vie.
Mort, la mort m’aimera. »

Photo : Sylvain Maresca
Photo : Sylvain Maresca

Mon père aima la vie, c’est certain, au point de refuser de se soigner. En dépit du cancer qui le rongeait, il ne voulait pas devenir malade, s’installer dans cet état végétatif et dépendant, cette demi-vie qui prolonge l’existence en la restreignant, le corps affaibli qui, pour s’économiser, tend vers l’immobilité sans parvenir à calmer l’esprit aux abois, en prise permanente avec le train des douleurs et son chargement d’angoisses. Il résista, s’efforça de profiter de la vie qui lui restait, et fut emporté, encore jeune, par la maladie en quelques mois.

Lire la suite « Epitaphe »

Métamorphose

Cadran solaire afghan, Musée Guimet, Paris
Cadran solaire afghan, Musée Guimet, Paris

Nous découpons dans le temps comme nous trancherions un gâteau pour y délimiter des unités qui rythment notre existence. Ainsi faisons-nous le temps discontinu, de seconde en seconde, en minutes, en heures, selon le battement régulier de l’horloge qui pourtant nous angoisse par son rappel obstiné. Nous retournons des sabliers pour mesurer des tranches de temps à notre convenance. Nous disposons désormais de toutes sortes de minuteries, de chronomètres qui nous procurent l’illusion de maîtriser cette substance sans matière ni durée. Nous campons sur le fuyant avec la certitude de chefs de gare.

Lire la suite « Métamorphose »