Pour qui écrivons-nous ?

IMG_2926-version blog

J’ai conservé le souvenir d’une réflexion un rien désabusée de l’écrivain italien Cesare Pavese dans son livre posthume Le métier de vivre :

« Ton malheur particulier – qui est celui de tous les poètes – réside en ceci que, par vocation, tu ne peux avoir qu’un public, et qu’au lieu de cela tu cherches des âmes sœurs. »

Lire la suite « Pour qui écrivons-nous ? »