Mondialisation – Itinéraire bis

Canettes en porcelaine de Lei Xue

Prenez un cargo minéralier quittant le Brésil, les cales remplies du meilleur minerai de fer au monde. Pendant qu’il entame la traversée de l’Atlantique en direction de Rotterdam, la récolte de houblon bat son plein dans la région flamande de Poperinge. Un contrat exclusif garantit son achat par une grande marque de bière belge dont nous tairons le nom pour ne pas dévoiler les dessous de transactions particulièrement juteuses. Chaque jour, à jets continus, les cuves de trois semi-remorques, assemblés en Bulgarie à partir de pièces usinées dans cinq pays différents, se remplissent avant de prendre la route de Calais où ils empruntent le tunnel sous la Manche pour gagner l’usine d’embouteillage, située dans le nord de l’Angleterre. En ce moment, les chaînes tournent au ralenti parce que le Brexit a compliqué les procédures de douane : les feuilles d’aluminium produites dans la Ruhr attendent à Grimsby depuis deux semaines sans que personne ne trouve comment accélérer le dédouanement. Heureusement, l’acier produit à partir du minerai brésilien arrive normalement par un de ces miracles inexplicables de la réglementation. Lire la suite « Mondialisation – Itinéraire bis »

Tout un peu

Photo : Sylvain Maresca

J’ai entendu à la radio un commentateur qualifier un événement inédit de « un peu mythique ». Comment peut-on être seulement « un peu mythique » ? Et d’ailleurs comment pourrait-on le savoir dès maintenant ? Le mythe a besoin du temps long de l’Histoire. Il lui faut la répétition des hommages qui en façonnent la légende. Si celui-ci démarre seulement comme « un peu mythique », il sombrera dans l’oubli avant même qu’on en ait un peu parlé. « Un peu mythique » n’est-ce pas « un peu anachronique » ? Lire la suite « Tout un peu »

Migrations

Mur Mexique USA avec oiseau
Photo : apnews.com

Un bruit répétitif s’insinua dans l’esprit assoupi de Billy Sharpeye. D’abord en pointillé, il s’y établit bientôt avec insistance à mesure qu’augmentait son volume jusqu’à provoquer une décharge sonore proche d’une alarme incendie qui extirpa brutalement le dormeur de son sommeil.

– Qu’est-ce que c’est que ça ?, grommela Billy. Mais à peine avait-il formulé sa question qu’il connaissait la réponse.

Il sauta sur ses pieds, gagna son ordinateur qui n’était distant de son lit que de deux mètres, et lut le texte de la notification : « Migration des passirelles flavescentes ». Lire la suite « Migrations »