Biodiversité ou abandon ?

À présent que les municipalités sont de plus en plus nombreuses à ne plus répandre de désherbants dans les rues et les espaces publics, les herbes prolifèrent un peu partout. Rares sont les habitants qui entretiennent encore leur bout de trottoir. Quant aux platebandes fleuries, elles sont colonisées par ce qu’il n’est plus admis d’appeler des « mauvaises herbes ». Car de quel droit stigmatiserait-on ces plantes opiniâtres qui ne demandent rien à personne pour croître dans les moindres fissures, qui fleurissent sans relâche et grainent aussi abondamment ? Ne sont-elles pas le garde-manger des insectes et les garantes de la biodiversité ? Donc respect pour nos nouvelles amies les herbes folles.

Lire la suite « Biodiversité ou abandon ? »

Au fond du puits

Photo : Sylvain Maresca

Voici quelques vers d’Anne Sylvestre pour compléter mon billet précédent
sur le souvenir de l’enfance :

« L’enfant qui pleure au fond du puits
Sans qu’on veuille l’entendre
L’enfant qui pleure avait promis
De garder le cœur tendre
(…)
L’enfant qui pleure au fond du puits
A rêvé des merveilles
Pour ne pas l’entendre moi je fuis
Me bouchant les oreilles
(…)
L’enfant qui pleure au fond du puits
Possédait les nuages
Se tressait des nattes de pluie
Pour ses dimanches sages
(…)
Nous avons chacun notre puits
Où meurt un enfant tendre
Nous l’entendons pleurer la nuit
Sans jamais bien comprendre »

Écouter l’intégralité de la chanson.

Petits boulots pour un saute-ruisseau

Dessin : Quentin Faucombré

Je suis heureux de vous proposer cette invitation à venir voir un spectacle dans lequel je vais jouer.

En espérant vous y retrouver nombreux. N’hésitez pas à en parler autour de vous.

Les restitutions finales « Petits boulots & cie » arrivent bientôt !

Avec le projet artistique « PETITS BOULOTS POUR… »
[Questionner > Rechercher > Inventer du travail – 2016/19],
le THéâTRe aMOk fait éclore des créations participatives et professionnelles
qui questionnent notre rapport subjectif au travail…

« PETITS BOULOTS POUR UN SAUTE-RUISSEAU »

> JEUDI 28 NOV 2019 > 20h30
> VENDREDI 29 NOV 2019 > 14h30

Entrée gratuite sur réservation au Théâtre Francine Vasse – Nantes

Création participative
Texte & mise en scène : Ronan Cheviller

Avec les interprètes amateur-e-s du Breil :
Franca Ciavaldini-Wager, Nicole Soulard, Chams Djamil, Christian Charles, Jean-René Garreau,
Sylvain Maresca, Pascal Rodilla, Yannick Bachelier & Michaël Pousse

Un saute-ruisseau répond à une offre de boulot dont il découvre que le prérequis est
« un certain goût du déplacement ».
Entouré de compères, il s’embarque dans l’ascenseur social.
Ensemble, ils discutent boulot boulot et tentent d’échafauder de grands projets…

Durée : 1h

***

 » PETIT BOULOT POUR  PASSER LE TEMPS  » & INVITES

> VENDREDI 29 NOV 2019 > 19h30

Création professionnelle
Avec les comédien-ne-s Ronan Cheviller & Gaèle Cerisier
Texte : Ronan Cheviller

Attablés et entourés de dossiers,
un homme et une femme s’interrogent
sur le sens du travail.

Seconde partie de soirée avec les propositions des invités :
Christophe Patillon du CHT (Centre d’histoire du travail) de Nantes,
les auteurs Rémi Checchetto et Sylvain Renard
autour du projet « Comment ça marche (la vie) ?  »
mené à l’Établissement pénitentiaire pour mineurs d’Orvault en 2019
& Laetitia Velma (variations pianistiques).

Durée : 2h (une heure pour chaque partie).

Tarif normal : 10€
Tarif famille composée (groupe de 5 personnes constitué d’avance
ou sur place en impromptu) : 25€, soit 5€ par personne
Tarif carte blanche : 5€.

> BILLETTERIE – RESERVATIONS :
> Théâtre Francine Vasse – Nantes : 09 81 94 77 43

> Théâtre Francine Vasse – Nantes / Les Laboratoires Vivants
18 rue Colbert, Nantes

> ACCÈS : C1 et C3 et bus 23 – arrêt Édit de Nantes
Chronobus C6, bus 26 et 54 – arrêt Harouys

> Plus d’infos : Théâtre Francine Vasse – Nantes / Les Laboratoires Vivants

Le premier jour – 3

Épisode précédent.

Photo : Sylvain Maresca

Le lendemain, Irina – ainsi se prénommait la serveuse – s’attendait à voir Étienne revenir à neuf heures. Le patron du bar lui avait expliqué qu’il était d’une ponctualité remarquable, pour ainsi dire obsessionnelle. Ce garçon avait le don d’organiser sa vie au millimètre et de n’en pas dévier. Même pour se lancer dans l’entreprise ô combien aventureuse d’un roman, il lui fallait un protocole immuable, répétitif, une routine inscrite dans ses gestes comme dans chacun des os de son squelette. Un tel rempart devait probablement le rassurer et lui permettre d’endiguer les angoisses de la création. Car, aussi étonnant que cela puisse paraître, cet ennemi du hasard était un artiste, un écrivain inconnu, sans éditeur, qui accumulait les pages et les pages, mais qui continuait néanmoins d’écrire, avec une obstination elle aussi proprement maniaque. Lire la suite « Le premier jour – 3 »

La musique n’a pas d’âge

Je relaie une initiative de mon voisin Jean-Yves, grand bricoleur devant l’Éternel et féru de musique classique. Il s’est mis en tête d’emmener au concert des pensionnaires de maisons de retraite qui n’ont plus guère la possibilité de se déplacer. Il a embarqué dans son projet les élèves en fin d’études du Conservatoire de musique de Nantes et contacté plus de 200 établissements dont la plupart se sont montrés intéressés. Lire la suite « La musique n’a pas d’âge »