On ne quitte pas l’enfance

« On ne quitte pas l’enfance, on la serre au fond de soi. On ne s’en détache pas, on la refoule. Ce n’est pas un processus d’amélioration qui achemine vers l’adulte, mais la lente sédimentation d’une croûte autour d’un état sensible qui posera toujours le principe de ce que l’on est. »
Patrick Chamoiseau, Antan d’enfance, Paris, Hatier, 1990, p. 78.

On ne quitte pas l’enfance… Elle me paraît pourtant si loin et surtout si terne et grise, comme un long tunnel dont je n’apercevais pas l’issue. J’envie les gens qui parlent de leur enfance avec des yeux éblouis, les ravis de l’enfance, ceux-là mêmes dont on dit parfois qu’ils ne l’ont jamais quittée, qu’ils ont gardé leur « âme d’enfant ». Les poètes en seraient ainsi que beaucoup d’artistes.

Lire la suite « On ne quitte pas l’enfance »

L’œil du Tibet

https://argoul.files.wordpress.com/2013/03/eliot-pattison-l-oeil-du-tibet.jpg?w=690Au moment où la Chine intensifie de nouveau son emprise sur les Tibétains et relance ses campagnes de « formation » qui ne sont en réalité que des entreprises systématiques d’embrigadement idéologique, de coercition sociale et de déplacement de populations, je relis les romans d’Eliot Pattison dont l’action se déroule au Tibet sous domination chinoise.

Lire la suite « L’œil du Tibet »

Archives des enfants perdus

J’aime aller à la bibliothèque pour trouver à lire de nouveaux romans. D’ordinaire, il est difficile de prévoir ce qu’on va pouvoir dénicher. Partir avec une idée précise en tête, celle d’un auteur ou d’un livre particuliers, aboutit rarement au résultat escompté dans la mesure où les documents correspondants se trouvent souvent empruntés. On peut toujours les réserver, mais il ne faut pas être pressé. Mieux vaut donc miser sur l’imprévu, se laisser aller à explorer les étagères de livres et découvrir des titres, des auteurs que l’on ne connaissait pas.

Lire la suite « Archives des enfants perdus »