La sève

Photo : Sylvain Maresca

La sève coule de la branche coupée.
La blessure devient fontaine,
une source à son origine,
par quoi la vie s’écoule.
La sève monte et déborde
car la vie s’épanche à profusion.

Dans le film d’Andrzej Wajda, Le Bois de bouleau (1970), un jeune homme phtisique  au stade terminal boit la sève qui, au printemps, goutte des branches de bouleau.

Il se prend à rêver du renouveau,
qu’importe si ce n’est qu’un songe,
une chimère,
un vain espoir.
À cet instant, la sève qui s’égoutte,
cette pluie jaillie de l’intérieur,
l’assure que son sang pulse encore.
Il tète la branche
et se recueille.

Photo du film Le Bois de bouleau

4 réflexions sur “La sève

  1. Je n’ai pas eu l’occasion de voir le film, dommage
    Mais en ce moment on nous vante les bienfaits de la sève de bouleau, à tester

    J'aime

Répondre à Franca Ciavaldini-Wager Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.