La maison dans ma tête

« La souffrance enfante les songes comme une ruche ses abeilles » – Aragon
(photo: Sylvain Maresca)

J’ai une photo de moi sur laquelle une maison magnifique s’est surimposée dans mes cheveux de telle sorte qu’elle semble bâtie précisément dans ma tête. J’ai conservé cette image comme un idéal de vie : transporter la maison de mes rêves partout où j’irai. Ne tenir à rien sans jamais rien abandonner.

(Extrait de ma pièce Le jardin des alternatives)