Éblouissement

IMGP0301-version blog

Je l’attends sur la place inondée de soleil, au milieu des passants pressés qui semblent tous savoir où ils vont. Je l’attends, mais elle ne vient pas.

Je m’installe dans l’attente et son immobilité inquiète, debout au milieu des autres, aussi incongru qu’un tronc jeté en travers du courant. Comme je ne me fais pas à l’idée que cette attente puisse durer, je reste debout, prêt à repartir en sa compagnie dès qu’elle sera arrivée. Mais elle ne vient toujours pas. Lire la suite « Éblouissement »

L’enfant qui entendait le son des mots

Caractères-version blog

« Leçon démo », ça ne veut rien dire. Ou c’est une leçon ou c’est une démo.

Mais je n’ai jamais dit « démo ».

Tu ne fais que ça, dire des mots. Tu ne t’entends pas parler ?

Et toi tu n’entends pas ce que je dis.

On n’est pas jeudi, mais dimanche.

Aïe aïe ! C’est impossible d’avoir une conversation suivie avec toi. Tu entends tout de travers. Lire la suite « L’enfant qui entendait le son des mots »

Une saison sans

IMG_0450-version blogIls ne sont pas réapparus. Pourtant, c’est la saison. Ni le lendemain, ni le jour d’après.

A l’aube, je m’ouvre aux effluves qui montent de la terre. L’excitation qui s’empare de la vie me parcourt sur toute ma longueur. Je vibre à cette ardeur qui s’empare de nous tous et nous commande : Jouissez ! Communiez ! Abandonnez-vous !

D’ordinaire, le premier apparaît dans les taches de lumière que le soleil disperse sous les arbres. Il chauffe ses ailes, esquisse quelques envols, puis se lance vraiment. Chaque fois qu’il se pose, il piétine des parterres, éparpille des nuages de pollen, enivré par cette profusion de semences, cette frénésie de la fécondation, cette ivresse de la nature qui programme sa survie au cœur même de la luxuriance. D’ordinaire, ils arrivent à plusieurs. Lire la suite « Une saison sans »